Pêche au doré

Pêche au doré chez l’Aventurier !

 

Pêche au doré

Pêche au doré pourvoirie gouin Le doré jaune figure parmi les espèces les plus pêché au Québec, pour son abondance et surtout pour sa chair qui est tendrement délicieuse. La pêche au doré se fait surtout le soir, la nuit et à l’aube. Le doré est très actif en eau turbide, et ce tout au long de la journée. La pêche au doré se fait avec divers leurres, mais comme le doré est un amateur d’insectes de surfaces à la tombée de la nuit, il est possible aussi de le capturer à la mouche.

Le doré jaune

Le doré jaune est une grande espèce de perche mesurant entre 30 à 50 cm (0,5 à 1,5 kg). Il a un corps allongé et légèrement comprimé latéralement. Sa couleur est très variable selon son habitat. Il aura des marques plus pâles en eau turbide, mais plus vives en eau claire. Son corps est de couleur brun olive ou jaune et il a de petites taches dorées sur les écailles de ces flans, il a des marbrures sur sa première nageoire dorsale ainsi que de grandes taches noire à son extrémité arrière. On remarque aussi de minuscules taches en rangées, de façon régulière sur sa deuxième nageoire dorsale et sur sa caudale, ainsi que des taches blanche sur le bout du lobe inférieur de sa nageoire caudale. D’autres traits caractérise le doré, il a de gros yeux recouvert d’un pigment qui réfléchissent la lumière, ce pourquoi ses yeux sont de couleurs argentés. Cela l’oblige par contre à éviter les lumières vives, mais cela lui donne une excellente vision nocturne. Le doré a aussi de nombreuses dents aiguës et des joues lisses presque dépourvus d’écailles. On peut bien le différencier aussi grâce à ses deux nageoires dorsales qui sont distinctes; la première épineuse ( soit environ 12 à 16 épines et la deuxième à rayons mous. Il a aussi deux épines sur sa nageoire anale et au moins une épine courte et acérée au bout de l’opercule. *La coloration allant du gris au bleu est une sous-espèce du doré, qui est, semble-t-il, éteinte aujourd’hui.

Bien connaître son habitat, son alimentation et sa reproduction amélioreront votre pratique de pêche au doré.

dore-jaune-habitat

Crédit photo wikipédia

Le doré tolère des conditions ambiantes, c’est une espèce qui vit en eau fraîche, soit entre 13 à 21 degrés Celsius. II est présent dans les grands lacs et les grandes rivières, mais on le retrouve aussi dans les plus petits lacs, les réservoirs et les rivières à courant moyen. On retrouve le doré en grande abondance surtout dans les grands lacs peu profonds et turbide (moins de 15 mètres). Le doré jaune s’adapte plus à son habitat que le doré noir. Il est aussi plus nombreux et plus répandu que ce dernier.

Le doré est une espèce peu sélective dans son alimentation.

Il a un comportement plutôt grégaire. Il se nourrit principalement de poissons et s’alimente avec ce qu’il trouvera sous «la main». Il préfère par contre la perchaude et le malachigan. Il mange aussi des insectes, limaces, sangsues, écrevisses, salamandres, petites couleuvres, des grenouilles ou de petits mammifères, il est possible aussi qu’il se nourrisse de sa propre espèce ( cannibalisme). Le doré est un poisson vorace, il peut ingérer une bonne fraction de sa propre taille. En eau turbide, le doré jaune s’alimentera toute la journée. Mais en eau clair, à cause de sa grande sensibilité de ses yeux à la lumière du jour, il se nourrira dans les eaux peu profondes et lors du lever et du coucher du soleil. Dans les lacs peu profond, la transparence optimale qui permet au doré de se nourrir toute la journée est de l’ordre de 1 à 2 mètres au disque de Secchi.

Moeurs de reproduction du doré.

Le doré se reproduit surtout au printemps dans le lit des rivières, les hauts-fonds, les pieds des chutes et même les berges des lacs exposés aux vents, surtout en eau peu profondes et oxygénée. Il arrive aussi qu’il se reproduise au début de l’été. Soit allant de début avril jusqu’à la fin juin. La première reproduction survient entre trois et huit ans selon le sexe et l’habitat. Le doré mâle atteindra sa maturité sexuelle à l’âge de deux ans, voir jusqu’à quatre ans. Il atteindra jusqu’à 280 mm de long, tandis que la femelle, plus grosse que le mâle, atteindra entre 356mm et 432 mm à l’âge de trois à six ans.Deux ans pour les mâles et cinq ans pour les femelles, dans le fleuve Saint-Laurent.

La croissance du doré est , au Québec soit rapide, soit lente. Certaines populations dans le sud de la province auront une croissance avant maturité sexuelle élevée, soit au moins 85 mm par année, tandis que la population à croissance plus lente, se situe plus au nord , avec moins de 85 mm par année.

Les dorés ne font pas de nid. La fraie a lieu la nuit en groupe d’une ou deux femelles et de deux à six mâles. Suite à la ponte des œufs, les femelles quitteront le site de frai et seront suivies plus tard par les mâles. Les oeufs ont de1,5 à 2,0 mm de diamètre et sont libérés au hasard. Ils tombent sur le fond. Selon la taille de la femelle, leur nombre varie entre 50 000 à 300 000. Les oeufs éclosent après 12 à 18 jours. Les dorés, surtout les femelles, sont généralement fidèles à leur frayère.

La protection de l’espèce, la pêche au doré doit être protégé!

Plusieurs études ont été réalisées auprès de l’aire Faunique Communautaire du réservoir Gouin, qui a pour mission, d’améliorer la qualité de la pêche et d’acquérir des connaissances sur les diverses espèces halieutiques qui habitent dans le réservoir Gouin. Une grosse pêche expérimentale a été réalisé au Québec en 2002 et les résultats ont amené la Corporation à mettre en place diverses mesures visant à protéger la ressource. La fermeture de sites de fraie du doré jaune pendant une période excédant l’ouverture officielle de la pêche ainsi qu’une surveillance accrue de la part des assistants à la protection de la faune sont nécessaires à la population du doré afin de permettre à tout amateur de pêche au doré, de continuer encore à pêcher longtemps et permettre à nos générations futures, d’expérimenter ce sport! Sur ce, bonne pêche à tous!!